spinka

Sp de Choiseul Province, Solomon Islands de Choiseul Province, Solomon Islands

Lecteur Sp de Choiseul Province, Solomon Islands

Sp de Choiseul Province, Solomon Islands

spinka

J'ai lu ça à l'université (je pense?) Et je pensais que ça allait (pour sa défense, j'avais, pour une raison quelconque, l'impression que ce n'était pas un roman de YA, donc je l'ai probablement jugé un peu durement) - l'autre jour, j'ai eu envie de lire les suites, donc je l'ai relu pour rafraîchir ma mémoire. Je pense que si je l'avais lu au collège, j'aurais vraiment aimé ça. En l'état, ça va. Certainement pas un de ces romans YA qui transcende la catégorisation et fait appel à tous les âges, etc., mais assez amusant.

spinka

Cette revue fait référence à la trilogie. La trilogie Memory, Sorrow & Thorn de Tad Williams a été l'une des premières séries fantastiques que j'ai lues et c'est toujours l'une de mes préférées. Le style d'écriture est très agréable et le rythme est assez lent pour être savouré, mais les personnages accomplissent en fait des choses à la fin de chaque livre (vous voyez ce que je veux dire). Les personnages sont bien développés et adorables, mais pas terriblement parfaits. Il s'agit d'une intrigue fantastique épique classique: Simon, le garçon de cuisine, sauve le monde. Mais s'il vous plaît ne roulez pas les yeux - cela a été écrit dans les années 80 - avant que ce ne soit un cliché. Même s'il est maintenant un cliché, Simon est toujours charmant et vous ne pouvez pas vous empêcher de l'aimer. Memory, Sorrow, & Thorn est sur ma liste à relire, et avec Farseer Saga de Robin Hobb, c'est celle que je recommande toujours aux nouveaux venus dans le genre. Lisez plus de critiques de livres de Tad Williams sur Fantasy literature.

spinka

My first thoughts about this novel were that the narrator was a gratingly annoying narcissistic megalomaniac and I wanted him to overdose immediately. I gave it a few chapters and decided to accept the humor of the story for what it is. By the end of the novel, I appreciated Thompson's ability to make me so hate a character and still find him funny. Probably the greatest value of this work is the scathing critique of sober American culture at large. The passages where two insanely high men are treated with kid gloves to maintain relative normalcy are laugh out loud funny.