cc-art

Chengcheng Xiang Xiang de Dauphin, Saint Lucia de Dauphin, Saint Lucia

Lecteur Chengcheng Xiang Xiang de Dauphin, Saint Lucia

Chengcheng Xiang Xiang de Dauphin, Saint Lucia

cc-art

Si TWICE BITTEN était sur le flash et le coup de céder pour la première fois à l'attraction, HARD BITTEN concerne la chimie et le conflit de l'évaluation d'une relation à long terme. À mi-chemin dans ce livre, j'ai été frappé par combien j'ai appris à aimer les séries. Pas seulement pour les personnages et l'action à l'intérieur, mais aussi pour les décisions que Chloe Neill a prises en tant qu'auteur. Neill adopte une vision à long terme, tout comme son héroïne immortelle Merit apprend à le faire, et cela n'est jamais aussi apparent que dans HARD BITTEN. Neill ne choisit pas les pointes et les accidents de la romance riche en sucre, mais écrit plutôt les inquiétudes et la croissance de personnages complexes et intéressants. Bien que j'aie eu une réponse moins passionnée aux romans précédents de Chicagoland Vampire, HARD BITTEN a cliqué avec moi dès le départ. Les discussions sur les relations entre Merit et Ethan sont nuancées et émotionnellement intelligentes, ce qui rend à la fois intéressant et agréable la lecture de leurs interactions. En ce qui concerne l'action, la population de Chicago se lève contre les vampires, et j'ai adoré comment quelque chose d'aussi banal et reconnaissable que la peur et les préjugés (et les lignes de piquetage) a rassemblé tous mes personnages de soutien préférés contre une tempête de rassemblement. Autour de toutes ces circonstances, il y avait la menace de Celina et la négligence pas si bénigne du Présidium, mais c'est certainement le jour au jour qui retenait mon attention. Mes réflexions au milieu du livre se sont avérées plus vraies que je ne le pensais. La fin de HARD BITTEN était un risque que je n'aurais jamais imaginé voir, un risque qui rend très difficile la rédaction d'une critique qui ne consiste pas à taper "sainte vache" encore et encore (car sérieusement, Holy Cow) . Ce livre a une fin dramatique de la meilleure des manières, et c'est le plus cruel des plaisirs d'attendre DRINK DEEP en novembre. Contenu sexuel: Embrasser. Références au sexe.

cc-art

Une politique qui est aussi présidente aujourd'hui qu'elle l'était alors. Histoire, drame, intrigue et pouvoir. C'est un tourneur de pages qui vous attire vraiment.

cc-art

Concerning 96% of my regular reading material, I'll often find it hard to stay focused for more than 20 or 30 minutes at a time without daydreaming, refreshing a drink, working on something else, etc. But Keats... I could read Keats for six hours at a time and be consistently content without averting my attentions. He is, I dare say, my "favorite" poet pretty much ever. He presents life and the "real" as profoundly dark and does so in such an eloquent and beautiful songlike manner, that it is disturbingly comfortable within his words. One can relate all too well.... for Keats, depression is the only reality, and only there can life's ironic beauty be found. On Death Can death be sleep, when life is but a dream, And scenes of bliss pass as a phantom by? The transient pleasures as a vision seem, And yet we think the greatest pain's to die. How strange it is that man on earth should roam, And lead a life of woe, but not forsake His rugged path; nor dare he view alone His future doom which is but to awake.