chandlyr

Chandlyr Jackson Jackson de Wiśniewo, Poland de Wiśniewo, Poland

Lecteur Chandlyr Jackson Jackson de Wiśniewo, Poland

Chandlyr Jackson Jackson de Wiśniewo, Poland

chandlyr

J'ai toujours aimé Hitchens. Je trouve qu'il est une voix avisée, joviale et convaincante pour l'athéisme (surtout par rapport à pleurer Dawkins). "Dieu n'est pas grand" est une critique perspicace et mordante de la religion. J'ai été impressionné par la retenue d'Hitchens. Il a laissé transparaître son dédain mais n'est pas descendu dans des attaques ad hominem ou des hyperboles. J'ai peu de critiques. L'une est que son écriture était quelque peu lâche. Il a sauté entre des sujets avec peu ou pas de transition, parfois même dans le même paragraphe. Je me suis souvent retrouvé confus et obligé de relire des portions. Dans tous les cas, il avait brusquement changé de sujet. L'autre critique est que les Hitchens, à mon avis - et comme la plupart des athées, dansent avec l'eugénisme et la dévaluation de la vie humaine. (Voir page 221.) Mais, dans l'ensemble, Hitchens fait un bon travail pour souligner le ventre du dogme religieux et de la pratique. J'ai moi-même un généreux scepticisme à l'égard de la religion. En même temps, je vois les aspects positifs de la croyance et j'ai une impression plus favorable de certains religieux. Un ami, notant que je lisais ce livre, m'a accusé de chercher des raisons pour justifier l'incrédulité. J'ai répondu que ces dernières années, le comportement des religieux a fait plus pour nuire à ma foi que les paroles simples (et honnêtes) des athées. Essentiellement, ce que j'essaie de dire, c'est que Hitchens n'a pas menti dans ce livre. Il ne calomnie pas la religion. Il fait simplement la lumière sur des choses à ne pas négliger. Cette lumière n'est nuisible à la foi que si cette foi mérite d'être critiquée et reconsidérée. En tout, j'ai trouvé que "Dieu n'est pas grand" était une lecture intéressante. Mon morceau préféré: "... confrontée à des vues insoupçonnées à l'intérieur de notre propre cortex en évolution, dans les confins de l'univers connu, et dans les protéines et les acides qui constituent notre nature, la religion offre soit l'anéantissement au nom de Dieu, ou bien la fausse promesse que si nous portons un couteau à nos prépuces, ou prions dans la bonne direction, ou ingérons des morceaux de plaquette, nous serons «sauvés». C'est comme si quelqu'un, offert un fruit hors saison délicieux et parfumé, mûri dans une serre soigneusement et soigneusement conçue, devait jeter la chair et la pulpe et ronger de mauvaise humeur dans la fosse. "

chandlyr

Je n'aime pas tout Shakespeare, mais j'aime tout de Roméo et Juliette. J'adore la façon dont la langue est utilisée dans celui-ci, et toutes les petites nuances d'humour, etc.